The Voice du Complot!

En mars et avril 2018, la Horde a adapté sa fameuse Complote de Pommes au collège Salvador Allende de Rezé: un concours de théories du complot, sur un thème annoncé par un flash info.

Le principe: toutes les classes de 3ème, réparties en 16 groupes, ont élaboré une théorie du complot par groupe et une présentation de ce  complot. Le 25 avril, tous les groupes sont passés devant le public et le jury, pour défendre leur théorie et être les plus convaincants possibles. Comme lors d’une émission type  The Voice, le jury a ensuite délibéré et distribué les prix par catégories.

Internet a disparu.

C’était le thème. Vous pouvez écouter le flash info ici:

Le qui?

Les élèves, au cours d’une séance d’une heure et d’une séance de 2 heures, ont concocté des théories diverses pour expliquer ce phénomène. Des personnes âgées aux Akuamanciens (d’étranges créatures aquatiques), des adultes aux « bad buzzers » de ces dernières années, des Reptiliens manipulateurs de cyberharcelés à Donald Trump ou même à Hitler, toujours vivant, les  ados n’ont pas manqué d’imagination pour trouver les coupables.

Le pourquoi et le comment?

Les élèves devaient aussi expliquer le mobile et la manière dont les comploteurs s’y étaient pris. Haine d’internet, volonté de contrôler le monde en instaurant un internet parallèle, vengeance, désir de vivre enfin en paix, isolationnisme… les raisons étaient très variées. Quant au comment, on a eu de tout, du simplissime (les vieux ont débranché le câble internet) à l’ultra compliqué (des serveurs situés dans la zone 51 piratés depuis des satellites…). Avec, à chaque fois, preuve à l’appui.

Présentation

Au delà de la qualité des théories  du complot, ce qui a rendu ce The Voice du Complot

IMG_20180425_091433_HDR
Le réfectoire a accueilli plus de 150 élèves ce mercredi 25 avril

vraiment unique, c’est la présentation, devant tout le monde, au réfectoire: les groupes ont vraiment travaillé dur, qui sur des powerpoint ultra sophistiqués, qui sur des vidéos avec effets spéciaux et musique qui fait peur, qui sur des mises en scène fabuleuses ou sur des plateaux télé avec la reine d’Angleterre… Ils ont modifié des pages wikipedia, créé des groupes snapchat, fait des captures d’écran, détourné des graphiques, photoshopé Vladimir Poutine… Avec une aisance et un entrain qui n’était pas sans rappeler celui des Falsificateurs, d’Antoine Bello. Ils ont été impressionnants d’inventivité.

Réactivité et engagement

Ce qui nous a surpris et ravis, c’est l’enthousiasme avec lequel les élèves se sont emparés du sujet et du conspirationnisme. Après une discussion sur le complotisme et l’écoute du flash info, en quelques minutes ils étaient sur les rails. Ils ont continué la réflexion en dehors des heures de cours, ils ont eu de l’ambition intellectuelle, ils ont travaillé en groupes, en autonomie. Ils ont surmonté leur timidité et leur crainte du regard d’autrui pour présenter leur théorie. Même les élèves qui parlent mal le français se sont investis dans l’écriture et la présentation.

Nous sommes également très heureux de la réactivité de l’équipe pédagogique, qui a assuré le suivi entre les interventions de la Horde. L’engagement des enseignants et de la Conseillère Principale d’éducation a été déterminant.

Quant au jury, composé des élèves des autres niveaux du Conseil de la Vie Collégienne, il a été magistral. Il a organisé lui-même les modalité de vote, a créé les catégories de complots et les critères de sélection.

Faire pour défaire

Cette belle expérience renforce notre conviction qu’il faut faire pour comprendre, y compris dans le champ de l’éducation aux médias. En devenant eux-mêmes des complotistes, les élèves s’approprient les codes du complot, et deviennent capables de les reconnaître. Ensuite, la dimension parodique de l’exercice leur permet de mettre à distance le complotisme, et de développer sur lui une réflexion critique.

En adoptant une posture plus complice (« amusons-nous ensemble à fabriquer un complot ») que moralisatrice (« ne croyez pas aux théories du complot, elles sont fausses! ») vis à vis des élèves, et en leur permettant de mettre en avant des compétences souvent peu valorisée à l’école (agilité numérique notamment), nous ouvrons une parole sincère autour du complotisme. Les élèves se fraient ainsi leur propre chemin réflexif.

Enfin, nous aimons penser que rendre la théorie du complot poétique et drôle, c’est une manière de lui ôter sa charge dramatique et fantasmée.  Et qui sait, de la rendre plus inoffensive.

IMG_20180423_103511_HDR

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :